Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 16:35

Depuis le 23 juillet 1996, tous les mercredis à partir de 18h, les sans papiers et soutiens militants manifestent Place de la République.


Ce mercredi 24 mars la manifestation démarre, mais devant la banderole se placent 2 jeunes qui ne bougent pas. Les sans papiers tenants la banderoles leurs demandent de bouger en vain. La banderole les contourne et la manifestation s'ébranle direction Grand Place.


Au retour sur la rue piétonne Béthune les mêmes deux jeunes se placent à nouveau devant la banderole sans bouger. Encore une fois arrivés à leur niveau, il leurs est demandé de permettre le passage de la banderole toujours en vain. Cette fois ils sont dénoncés de provocateurs, le ton monte.


A la question : « comment se fait-il que vous voyez une manifestation arrivée et vous restez sans bougez » ?

Réponse d'un des deux jeunes : « je suis sur la voie publique, c'est pas à moi de bouger ».


Question : « Seriez vous rester devant la banderole de la manifestation d'hier sans bouger » ? (hier c'était mardi 23 mars la manifestation appelée par les syndicats).


Réponse : « C'est pas une manifestation ça, ils m'ont trouvé sur la voie publique, ils n'ont qu'à me demander gentiment et je ne bouge que si je veux ».


On se rappelle que la semaine qui a suivi le premier tour d'avril 2002 avec Le Pen au second tour de l'élection présidentielle, la manifestation des sans papiers a été attaquée à coups de lacrymogènes, de canette de bière, de saluts Nazis et de cris « à mort les bougnoules et les bamboulas ».


Le retour électoral du FN dans le pays et en particulier dans notre région serait-il à l'origine de la provocation fasciste qui cherche à créer un incident permettant une éventuelle interdiction de la manifestation traditionnelle du mercredi du CSP59.


Le pouvoir de Sarkozy rêverait-il de laisser faire une telle provocation pour se débarrasser de cette visibilité centrale des sans papiers à Lille et dans notre Région ?


Le Préfet laissera t-il faire pour instrumentaliser des pratiques fascistes dans le but de réussir ce que Sarkozy en 2003, à l'époque Ministre de l'Intérieur, à échoué à obtenir par un procès qu'il a perdu contre nos manifestations du mercredi ?


Des exemples de provocations et même de terrorismes jalonnent les décennies de montée du FN. On se souvient qu'en mars 1985, le leader du Front National à Béziers, un certain Serge Lopez, était inculpé pour avoir fait sauter à l'explosif la maison des pieds noirs ; en juillet de la même année, c'était Jean Châtelain, membre du FN et trois complices qui étaient arrêtés pour avoir attaqué à l'explosif un café d'Annemasse ; en août 1986, quatre terroristes fascistes sautaient avec 5kg de plastic au moment où ils s'apprêtaient à accomplir leur forfait dans un quartier à forte composition immigrée. Leurs tracts portaient des slogans du genre « La France, c'est nous, pas eux », « Pour nous, les potes, c'est la France. Tu ne pourras plus y toucher ». Ils opéraient sous le couvert d'une association loi 1901 qui s'assignait comme but de « défendre les intérêts des citoyens français » et de « poursuivre en justice tous ceux qui auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes en raison de leur qualité de citoyen français ». Ce harakiri involontaire est la preuve que les forces fascistes utilisent tous les moyens, légaux et illégaux, pacifiques et terroristes, pour arriver à leur fin.


Ici on cherche à entraîner les sans papiers et manifestants dans une bagarre, on filme et enregistre par téléphone portable pour ensuite construire de prétendus faits divers médiatiquement manipulables contre les sans papiers, les immigré(e)s.


Le CSP59 annonce les mesures suivantes : tous provocateurs dans nos manifestations sera remis officiellement à la police par notre service d'ordre.


Le CSP59 dénonce par avance tout stratagème préfectoral et policier qui agirait pour instrumentaliser les méthodes provocatrices et terroristes des fascistes.


Le CSP59 appelle les démocraties et militants soutiens à s'obliger à être plus présents dans nos manifestations, notamment celles du mercredi Place de la république/parvis des droits de l'homme, pour être les grands témoins des éventuels incidents provoqués dans le dessein de nuire à notre lutte sociale et citoyenne.

Tous les mercredis, place de la République/Parvis ders droits de l'homme à 18h : Manifestation


(source : indymedia Lille) voir le site : indymedia lille

Repost 0
Published by sous comite invisible bisontin - dans ANTIFASCISME
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 19:40

L’importance de l’extrême droite à Lyon n’est pas une nouveauté. Lyon a souvent été le terreau d’une extrême droite virulente tissant ses théories racistes et négationnistes notamment à l’université.

Depuis plusieurs mois maintenant l’extrême droite lyonnaise, sous l’égide des jeunesses identitaires, tend à s’installer durablement sur le département, en particulier à Lyon. Jusqu’alors leurs actions de terrain se limitaient à perturber, avec une dizaine de militant-e-s, les rassemblements dont nous sommes partie prenante (Soutien aux sans-papiers/sans-papières, délit de solidarité, défense de l’IVG, Marche des Fiertés LGBTI).

Appel à une manifestation antifasciste unitaire le 10 Avril à 15h place Bellecour.

Ces derniers mois, l’extrême droite a cherché à accentuer leur présence sur la ville en multipliant leurs actions sur le terrain, et faisant recours de plus en plus souvent à la violence :

Actions de harcèlement auprès des bibliothèques du 4ème et du 8ème afin de faire interdire une exposition de photo sur les sans-papiers et sans-papières ;

Manifestations du FN contre la mosquée de Vénissieux puis de 80 militant-e-s devant le Conseil Régional contre le financement public de l’Institut français du culte musulman (Jeunesses identitaires, FN, MPF), non par principe laïque mais par haine de l’islam.

Manifestation contre le droit à l’avortement.

Janvier, une trentaine d’individus attaquent un rassemblement appelé par plusieurs organisations politiques qui protestaient contre la tenue du débat sur l’identité national à la Préfecture.

Février, meeting d’Alain Soral d’Egalité & Réconciliation nationale (« Gauche du travail, droite des valeurs, pour une réconciliation nationale ») à Vaulx-en-Velin.

Mars, l’activisme d’extrême droite s’est débridé : occupation islamophobe du Quick halal de Villeurbanne par une cinquantaine d’identitaires masqués en cochon, agressions violentes de militants à St Jean, attaque à la bombe incendiaire d’un squat politique, intimidation et menaces exercés par des groupes de 40 à 60 nationalistes radicaux contre des militant-e-s de gauche reconnus sur les pentes de la Croix-Rousse, infiltration d’un meeting du NPA par des nationalistes et découverte d’un coktail molotov, campagne d’affichage islamophobe par le FN, multiplication des tags racistes et antisémites dans les rues et les lycées…

Ces faits, inquiétants, ne sont malheureusement que la partie la plus visible du développement et de la diffusion des idées racistes, haineuses et populistes des partis d’extrême droite. Ces partis, et les groupuscules qui leur sont associés, représentent un danger réel, sur le plan politique quand ils utilisent les réalités sociales à leurs fins pour développer un discours de haine et d’exclusion de l’autre, les soraliens allant même jusqu’à tenter de s’implanter en banlieue pour détourner a leur profit la radicalisation de la jeunesse. La situation économique et les politiques associées de la part de l’État aggravent la marginalisation des hommes et des femmes allant jusqu’à les déshumaniser.

Ces faits prolongent la politique actuelle du gouvernement (chasse aux sans-papiers/sans-papières, débat haineux et raciste sur l’identité nationale et délit de solidarité) d’une droite décomplexée surfant sur les idées traditionnellement utilisées par l’extrême droite (stigmatisation d’une partie de la population, montée de la haine de l’autre,, retour aux valeurs familiales traditionnelles, prises de positions sur le terrain religieux), désignant des boucs émissaires dans le but de casser les solidarités et faire taire toute contestation. On assiste à une normalisation des discours et des pratiques racistes sous la forme de discours islamophobes, antisémites, sexiste, et homo-lesbophobe. Jour après jour, les « dérapages » verbaux de membres du gouvernement se succèdent, ces discours contaminent a présent l’ensemble de la classe politique, un tabou est tombé.

La répression et les lois liberticides réduisent de plus en plus nos libertés individuelles et collectives tout en favorisant la criminalisation des opposant-e-s et la stigmatisation d’une partie de la population. C’est en construisant un front unitaire que nous pourrons mettre fin à ces actions racistes et haineuses et à leur propagation.

TOUS ENSEMBLE RIPOSTONS ! MANIFESTATION UNITAIRE SAMEDI 10 AVRIL 2010 15H PLACE BELLECOUR

Premiers signataires : Les amoureux au ban public, ATTAC Rhône, CABIRIA, CCRASS, CGA, Collectif contre le Racisme et l’Islamophobie, Covra, FASE69, Gauche unitaire, MRAP, NPA, PAG69, Planning familial, Ras l’front, US Solidaires, Collectif Tous ensemble 69, UD CNT, UJFP Lyon, Union pour le communisme, Témoins…

Premiers soutiens : Collectif 69 de défense des sans-papiers et demandeurs d’asile

Repost 0
Published by sous comite invisible bisontin - dans ANTIFASCISME
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 19:36

A Chauny comme ailleurs, barrons la route aux fascistes !

Les bons scores de l’extrême droite aux élections régionales ne sont pas surprenants. En effet, la droite applique des parties entières du programme du Front national en faisant de la surenchère sur l’insécurité, en s’en prenant aux immigré-e-s et en les stigmatisant avec le thème de l’identité nationale, tout en bénéficiant du silence embarrassé de la gauche institutionnelle.

Chômage, baisse des salaires, hausses constantes des prix, casse des services publics et de la protection sociale, crise financière… capitalistes et gouvernement veulent nous faire payer leur crise.

Dans ce contexte l’extrême droite se nourrit du désespoir et une partie de la jeunesse, des travailleurs-ses et des chômeurs-ses se trompe d’ennemi et se tourne vers elle.

L’extrême droite est l’ennemie des jeunes, des femmes et des travailleurs-ses

Pourtant le programme de l’extrême droite, c’est surtout une politique antisociale. Le Pen est richissime et l’intérêt des classes populaires est le cadet de ses soucis.

Il défend des mesures qui ne profiteraient qu’aux plus riches :

- suppression progressive de l’impôt sur le revenu et abolition de l’impôt sur la fortune ;

- baisse de l’impôt sur les sociétés pour les petites et moyennes entreprises ;

- interdiction du droit de grève ;

- privatisation de l’éducation nationale et renforcement de la sélection à l’école.

Il préconise également la suppression de l’interruption volontaire de grossesse et la création d’un salaire maternel. Ainsi le FN veut que les femmes ne s’occupent que de maternité, retournent au foyer et soient soumises à l’autorité des hommes et notamment de leurs maris.

L’extrême droite, c’est la haine et la violence

L’extrême droite utilise la violence pour imposer ses idées contre toutes celles et ceux qui s’opposent à elle. Ces derniers mois elle a multiplié les agressions physiques individuelles et les attaques contre des manifestations dans plusieurs villes.

Face à l’extrême droite, il faut s’organiser et s’unir

C’est ce que sont en train de comprendre un nombre croissant de jeunes à Chauny, Tergnier, Soissons, qui ont décidé de se mobiliser pour faire reculer la haine et la violence fascistes. Et c’est pourquoi une vingtaine d’organisations ont également appelé à manifester ce 27 mars à Chauny. Cette manifestation constitue un tremplin pour structurer un réseau sur des bases antifascistes, antiracistes et anticapitalistes.

Nous savons aussi que pour battre l’extrême droite le meilleur remède est la solidarité et le développement des luttes sociales ayant pour objectif la transformation de la société et la répartition égalitaire des richesses.

Antifascistes, antiracistes et libertaires

Alternative libertaire rassemble des jeunes, des travailleurs et des travailleuses qui se battent contre toutes les oppressions. Nous participons aux luttes sociales et aux combats politiques dans une perspective émancipatrice.

Pour gagner sur les revendications et construire une alternative autogestionnaire et anti-autoritaire au capitalisme, nous travaillons à la construction d’un front social et à l’unité des anticapitalistes.

Pour y arriver, il est nécessaire que le courant communiste libertaire soit plus fort et dispose d’une organisation implantée dans tous les quartiers, les entreprises et la jeunesse.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans notre combat à nous rejoindre.

Libertaire, égalitaire, une révolution reste à faire !

Repost 0
Published by sous comite invisible bisontin - dans ANTIFASCISME
commenter cet article

Présentation

  • : offensive libertaire
  • offensive libertaire
  • : Actualités du mouvement anarchiste et antifasciste Bisontin. Infos sur les luttes sociales en France et dans le monde. Bonne visite à toi
  • Contact