Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 18:10

Les fonds du programme de solidarité sociale, Progress, ont servit au financement d'une campagne anti-avortement. La commissaire Viviane Reding a condamné les autorités hongroises.


Le zèle avec lequel la Commission semble surveiller l'utilisation des fonds alloués par ses programmes européens peut laisser dubitatif.

Le programme Progress, chargé de concrétiser les engagements sociaux européens, a servi à financer en partie une vaste campagne anti-avortement de 416 000 euros. Des affiches collées dans le métro à Budapest ont mis en scène, au mois de mai dernier, les implorations d’un fœtus s’adressant à sa future mère : "Je comprends bien que tu n'es pas encore prête pour moi, mais donne-moi au service d'adoption, LAISSE-MOI VIVRE !".

Mercredi 8 juin, la député française S&D Sylvie Guillaume a interpellé la commissaire européenne chargée des droits fondamentaux Viviane Reding à ce sujet.

"Nous entamerons des procédures pour mettre un terme à l'accord et tirer les conclusions qui s'imposent, y compris financières", a promis Mme Reding.

Tensions

Les manières de faire du gouvernement conservateur hongrois dirigé par Viktor Orban ne sont décidement pas du goût de Bruxelles. Impregnée des idées du parti majoritaire, le Fidesz, la nouvelle Constitution crée, depuis le mois d'avril dernier, une polémique qui dépasse de loin les frontières hongroises.

L'article II du texte rappelle le ton donné à la campagne d'affichage en déclarant que "le foetus doit être protégé dès sa conception".

Pourtant le secrétaire d'Etat à la famille et à la jeunesse, Miklós Soltész, se défend d'effectuer un premier pas vers l'interdiction de l'IVG en Hongrie avec cette campagne : "La société hongroise n'est pas prête pour l'interdiction de l'avortement, comme les Polonais par exemple. Ce n'est d'ailleurs pas ce que nous cherchons, nous souhaitons insister sur l'importance de la vie", a-t-il déclaré au site d'actualité francophone hongrois, Hu LaLa.

Le projet présenté à la commission européenne avait pour but de contribuer au bonheur de familles "équilibrées", s'est justifé Viktor Orban dans un communiqué de presse peu de temps après les reproches de la commissaire. Mais selon, Viviane Reding, la campagne n'était "pas conforme à la proposition de projet soumise par les autorités hongroises"

Elle était "destinée aux femmes qui désirent un enfant mais n'ont pas les moyens de l'élever, il s'agit d'encourager la mise en adoption", a argumenté le ministère hongrois. Il promet cependant de "prendre les mesures appropriées", si son argumentaire n'était pas accepté par Bruxelles.

Conséquences

Visiblement, la Commission et Budapest se livrent à un dialogue de sourds. "Cette campagne va à l'encontre des valeurs européennes, a déclaré Viviane Reding. Nous voulons que les financements européens soient remboursés dans les plus brefs délais."

Les affiches ont choqué une grande partie de la population féminine hongroise, dans ce pays où l'interruption volontaire de grossesse (IVG) est légale et approuvée par la population à 60%, selon un dernier sondage Eurostat. Les féministes de Európai Feminista Kezdeményezés ont dénoncé "la volonté du gouvernement de revenir sur le droit à l'avortement".

La réponse de la commissaire a quant à elle satisfaite Sylvie Guillaume. "Dans le combat face aux populismes qui progressent partout en Europe et dont la Hongrie est un laboratoire, c’est une victoire. Modeste, mais une victoire", a-t-elle déclaré sur son blog.

Source: Euractiv)

Partager cet article

Repost 0
Published by sous comite invisible bisontin - dans SEXISME-RACISME-HOMOPHOBIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : offensive libertaire
  • offensive libertaire
  • : Actualités du mouvement anarchiste et antifasciste Bisontin. Infos sur les luttes sociales en France et dans le monde. Bonne visite à toi
  • Contact